Les mânes de Maurice Herzog ne m'en voudront pas, je l'espère, de cette paraphrase. Et si je frappe ce texte avec mes  deux index, ce n'est pas en raison d’engelures similaires à celles de l'alpiniste français, mais d’une technique de dactylographie inspirée de l’aigle