Nouvelle publication: "La stratégie en transformation - Conférence de Martin van Creveld au GCSP"

Nouvelle publication: "La stratégie en transformation - Conférence de Martin van Creveld au GCSP"

Le professeur Martin van Creveld, historien militaire prolifique et stratégiste réputé, a visité le Centre de Politique de Sécurité de Genève (GCSP) le 12 février 2018. Il a donné une conférence sur le thème de « la transformation de la stratégie dans le turbulent 21ème siècle », en référence proclamée à son plus célèbre ouvrage, The Transformation of War. Publié juste après la seconde guerre du Golfe, ce livre présageait la fin des guerres trinitaires et anticipait l’émergence de conflits entre des États et des groupes armés non-étatiques.[1]

C’est à une relecture contemporaine que nous convia van Creveld. Devant une assistance acquise à son analyse, il a rappelé avec humour et de manière persuasive la persistance de sa réflexion. Il a tout d’abord souligné les dimensions pérennes de la guerre. Il a ensuite montré l’élément central de la transformation stratégique contemporaine, puis s’est attaché à décrire les conflits actuels comme non-trinitaires et intra-étatiques. En conclusion, il a questionné la capacité des démocraties libérales à s’adapter à ces changements sans perdre leur âme. Nous présentons ci-dessous les éléments centraux de son intervention particulièrement dense. La Dr Christina Liang, responsable du cluster « Terrorisme et crime organisé » au GCSP, a dirigé la discussion avec compétence.

Lien sur l'article

Nouvelle publication: "Déclin et retour des entreprises militaires privées: le rôle de l’État contemporain"

Nouvelle publication: "Déclin et retour des entreprises militaires privées: le rôle de l’État contemporain"

Plusieurs courants qui animent la politique mondiale (au sens de world politics) ont conduit à une renaissance des entreprises militaires et de sécurité privées (EMSP). Cette réviviscence des armées privées représente à la fois un indicateur de transformations fondamentales du système international et de l’État, son acteur majeur, ainsi qu’un marqueur de nouvelles formes de menaces qui pourraient avoir un impact sur la sécurité de la Suisse.
Inspiré d’un séminaire du Centre de politique de sécurité - Genève (GCSP), organisé en novembre 2020 pour le commandement des Opérations, cet article décrit premièrement la disparition des entreprises militaires dans le contexte de la formation de l’État moderne, considéré comme une forme de gouvernance légitime sur un territoire déterminé, apparu à la suite des révolutions militaires de l’époque moderne. Il analyse ensuite les EMSP dans leur dimension historique (à l’exemple des entrepreneurs militaires suisses). Deuxièmement, il montre que la résurgence des EMSP est révélatrice d’un affaiblissement et d’une transformation de l’État dont on pourrait déduire «un phénomène d’involution», un retour à une forme d’organisation féodale (Linhardt 2019, 2-4). La «SADAT» turque ou le «Wagner Group» russe seront analysés et on proposera des explications de cette évolution. En conclusion, on évaluera les menaces que ces entreprises militaires font peser sur les intérêts des États européens. Elles devraient trouver leur place dans l’éventail des menaces contemporaines et futures.

En collaboration avec Pierre Streit

Lien sur l'article [cache]

Nouvelle publication: "Renaissance des entreprises militaires privées : quelques hypothèses"

Nouvelle publication: "Renaissance des entreprises militaires privées : quelques hypothèses"

BCN – Plusieurs courants qui animent la politique mondiale ont conduit à une renaissance des entreprises militaires et de sécurité privées (EMSP). Cette réviviscence des armées privées représente à la fois un indicateur de transformations fondamentales du système international et de l’État, son acteur majeur, ainsi qu’un marqueur de nouvelles formes de menaces. On propose dans cet article de préciser brièvement cette dynamique en explicitant la relation entre mercenariat, guerre et formation de l’État. Par une involution de cette causalité, on inférera en conclusion une modification potentielle de l’État nécessaire à la gestion des guerres nouvelles.

RMS

Nouvelle publication: "Entre politique et planification militaire, l'état-major militaire stratégique du chef de l'Armée"

Par Christian Bühlmann et Michael Freudweiler

Pour Clausewitz, « La guerre n'est qu'un prolongement de la politique par d'autres moyens », c’est-à-dire que la conflictualité est un acte de pouvoir qui requiert une direction politique du militaire. Pourtant, dans les États occidentaux contemporains, la dichotomie entre ces deux échelons met à mal cette unité d’action. Cette brève contribution décrit succinctement la réponse suisse à cet état de fait : l’état-major militaire stratégique (EMMS) du chef de l’Armée (CdA). On présentera succinctement la problématique de la conduite militaire dans une démocratie, d’où découle l’exigence d’un état-major à l’interface entre le chef de l’Armée et la conduite politique. On décrira ensuite les tâches et l’organisation de l’EMMS ainsi que ses produits. Ceux-ci permettent d’une part d’informer l’échelon politique et d’autre part, de déterminer le cadre des travaux des subordonnés directs du CdA. En conclusion on soulignera l’importance d’un état-major de milice au niveau stratégique.

Défilé

Liens de l'article "LA COMMODIFICATION DE L’ARMÉE DE MILICE ? La pensée stratégique suisse au défi de l’approche gestionnaire"

En Suisse, plus qu’ailleurs, l’armée n’est pas qu’un instrument de la politique de sécurité. Comme Peter Braun et al. l’affirment, elle est un « komplexes Gebilde, das durch mannigfaltige Bezüge eng mit der Gesamtgesellschaft verwachsen und verwoben ist». Pour appréhender ce système complexe, il est nécessaire de dépasser les explications réductrices. C’est ainsi que Rudolf Jaun, Peter Braun et d’autres ont identifié la continuité, dans la longue durée, de catégories pérennes de croyances portant sur le militaire. Ces auteurs décrivent l’évolution des tensions entre deux visions du monde et leurs conséquences sur la politique de défense helvétique, pour une période allant jusqu’à la fin des années soixante : une posture réformiste et républicaine d’une part, et une posture militariste d’autre part.

 

Recherche - Billets récents